Une chronique de Virginie…

 

Nicolas, je l’aime bien – virtuellement, puisque jamais encore croisé dans la vraie vie.
Un homme qui me semble de valeurs, qui monte au créneau pour ses amis, suffisamment observateur et tourné vers les autres pour voir et trouver le bon mot.
Et puis… Nicolas, il écrit bien.
Je lis ses chroniques depuis un moment et la plupart du temps, juste pour le plaisir de ses mots – et son honnêteté aussi. Pas de ronds de jambe, mais toujours du tact.
Quand il m’a proposé de lire le dernier livre qu’il avait écrit, j’en ai été touchée. Évidemment.
Quand il a lancé “vas-y, chronique”, j’ai répondu “chiche!”.
J’ai fait la maligne quoi.
Et puis, après j’ai réfléchi, après seulement, comme souvent.
Putain, comment tu veux que je fasse le poids ??
Je me lance, j’essaie… parce que faut que je tienne ma promesse aussi…
“T’auras pas mal”.
C’est le titre de son livre.
Et ben… c’est pas vrai, j’ai eu mal.
C’est un roman noir, très, très noir. Sans concession.
Il ne fait pas de cadeau, ne t’épargne rien.
L’histoire… un tout petit peu seulement… parce qu’il faut la découvrir, avancer avec elle, avec eux…
Eux?
Louis… et son père.
Louis et son langage si particulier, sa poésie.
Francis… et son père aussi.
Mais pas pour les mêmes raisons.
Et Isabelle – la sœur de Francis, l’amoureuse de Louis, la belle Isabelle aux yeux “forêtrivière “…
Laissée pour morte le jour de l’anniversaire de Louis.
Et ces deux garçons, que la vie avaient déjà pas mal gâchés, vont basculer.
Dans l’horreur.
Il y a Sarah aussi, dont les cauchemars lui pourrissent la vie.
Cauchemars criant de vérité…
L’attachante et révoltée Sarah…
Nicolas nous embarque dans la vie de ces personnages que l’on suit sur de longues années.
Son style est assez bluffant : il évolue en même temps que Louis et Francis grandissent, basculent.
Il diffère totalement pour chacun.
Comme s’ils étaient plusieurs à avoir écrit ce livre.
L’autre chose qui m’a étonnée… quelles que soient les horreurs… Nicolas réussit cette prouesse de ne pas nous faire détester tout à fait ses personnages…. parce que leur vécu, leurs souffrances, cette putain de vie dégueulasse.
Il ne nous épargne rien non plus.
Faut donc s’accrocher.
Vous voilà prévenus.
Mais allez-y.
Embarquez.
Oui, vous aurez mal.
Oui, vous ressortirez avec un sale goût dans la bouche.
Mais c’est le but, non ?

Si tu veux aller le chercher, c’est là : https://www.amazon.fr/dp/1983231215