Ne préfère pas le sang à l’eau – Céline Lapertot

Tu vas sans doute manquer de repères, si tu décides de chercher le plan qu’elle a suivi pour écrire ce roman. Je crois que ce n’est pas utile de chercher un plan. Tu as juste à suivre les lignes et à écouter les mots qu’elle te donne.

Tu vas te souvenir à quel point le pouvoir de certains hommes n’est assis que sur les richesses qui devraient être partagées entre tous, ce pouvoir qu’ils prennent à coups de matraques face à ceux qui tendent les mains pour donner à chacun la part qui lui revient…

Tu vas écrire avec Tiago sur les murs de ta ville, pour dire. Juste pour dire. Et tu seras enfermé avec lui dans ce pénitencier aux murs peints en rouge, comme le sang versé pour faire entendre sa voix. Tu partageras ton demi verre d’eau quotidien avec ceux qui en ont le plus besoin, parce que toi, tu peux tenir encore un peu, et « qu’il aura fallu du sang » pour le comprendre.

Tu vas sans doute être dérangé la prochaine fois que tu ouvriras une bouteille d’eau en plastique, à cause du plastique et de l’eau qu’il y a dedans. Parce que tu sais, tout au fond de toi…

Peut-être aussi que tu regarderas plus les « migrants » de la même manière. Ou que tu continueras à les voir comme des frères d’humanité, parce que finalement, c’est ce qu’ils sont.

Parce que finalement, s’ils sont là, c’est parce qu’ils cherchent un refuge.

Tu sais, les mêmes refuges qu’on ouvre pour les chiens et pour les chats.

Je déconne.

Les chiens et les chats, quand ils vont pas bien, on peut les emmener chez le psy.

Les réfugiés, on peut pas.

Ils ont pas la carte vitale.

C’est tout ce que j’ai à dire sur ce roman.

17,00

Catégorie : Étiquette :

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Ne préfère pas le sang à l’eau – Céline Lapertot”