Nouvelle n°4 – Le spectre de la vérité

Retour
de noces

Quatre
heures du matin, par cette nuit noire, la lune n’arrivait pas à percer à
travers ce ciel hyper chargé. Alexandre revenait de Picardie, où il avait
assisté au mariage de sa cousine, et rentrait difficilement dans le
Pas-de-Calais. Même s’il n’avait pas abusé, la journée fut longue… très longue.
Et les verres s’étaient enchaînés… Malgré ses yeux embrumés, ses paupières
qui battaient la chamade, il tentait de se concentrer pour combattre la
fatigue. Il n’avait aucune envie de détériorer la vieille 205 de sa mère
sur cette route sinueuse. À l’approche de la côte de Doullens, connaissant bien
le secteur, il bifurqua, tiraillé par une envie pressante. Dans un virage,
après un bosquet, un spectre lumineux à l’allure humaine apparut soudain au
beau milieu de la chaussée. Par réflexe, il donna un coup de volant et là, dans
les faisceaux de ses phares, apparut un homme sur le bas-côté. Trop tard. Le
temps de réagir et de freiner, il l’avait déjà percuté de plein fouet. Il
sentit ses roues lui passer sur le corps.

Le
premier

Alex,
désemparé, descendit de son véhicule en quatrième vitesse, et découvrit juste
en dessous de son pare-chocs arrière, la silhouette ensanglantée qui gisait sur
le sol. Il se retourna pour observer les environs. Aucune présence. Sans doute
une hallucination due à l’absorption d’alcool. Il s’approcha de la victime, un
jeune homme de son âge. Deux doigts dans le sillon de son cou lui confirmèrent
qu’il avait succombé à l’impact dévastateur. Mais que faisait-il là, en
pleine cambrousse ?
Personne dans les parages, ni phares de
voiture. Il s’est sans doute égaré… et je viens de le tuer. Un
frisson glacial lui parcourut l’échine dorsale. Tout s’embrouilla dans sa tête
à la vitesse grand « V ». S’il avait le malheur d’appeler les
gendarmes, nul doute qu’ils le placeraient en cellule de dégrisement avant de
lui notifier sa garde-à-vue… Il commençait à réfléchir aux alternatives qui
s’offraient à lui quand il réalisa que l’urgence était de retirer le corps
inerte. Il traîna la dépouille par les pieds, l’attrapa sous les aisselles et
la hissa dans le coffre. Il dut s’y reprendre en trois fois et le
recroqueviller en chien de fusil pour réussir à fermer le hayon. Dix minutes
plus tard, à la lumière de son portable, Alex scrutait le sol à la recherche d’éventuels
débris, quand une Mini Austin à la vitesse excessive déboula et vint
s’encastrer dans l’arrière de la 205.

Le
second

À voir
descendre et tituber le conducteur, au visage rubicond, Alexandre comprit de
suite à qui il avait affaire. Un mec bourré, c’est bien ma veine ! Malgré
son taux d’alcool excessif, l’indésirable avait encore les yeux en face des
trous, au point de remarquer, en constatant les dégâts occasionnés, que quatre
doigts sortaient de l’interstice du hayon vrillé.

— C’est
quoi, ça ? l’interrogea-t-il en vacillant.

— Laissez
tomber, c’est un pote qui roupille… Pour tout vous dire, on revient d’un
mariage et il a abusé de la Vodka, rétorqua Alex sans s’étaler.

— Pour un
type qui a picolé, je le trouve bien froid, insista-t-il en touchant la main du
cadavre.

À force de
tirer sur le coffre, il finit par l’ouvrir et hurla à la vue du corps couvert
de sang. Alex l’attrapa par les épaules pour l’éloigner de la 205 mais ce
dernier revint à la charge en s’agitant. Si énervé qu’il le griffa avec sa
montre au niveau de la joue. Excédé et se sentant acculé, Alexandre s’empara de
la manivelle à portée de main. Son bras se leva instinctivement et lui assena
un coup sur la tempe.

Tu vas
fermer ta grande gueule ! Tu vas la fermer ! 
réitéra Alex en frappant une nouvelle fois.
Affaissé, un genou à terre, l’individu avait baissé d’intensité mais gémissait
encore. Un dernier coup d’estocade eut raison du biturin qui s’effondra sur
l’asphalte. Il venait de tuer un deuxième homme en à peine vingt minutes.

Maquillage

Le tout
était de savoir ce qu’il allait faire de ces corps ?

Impossible
de les mettre dans mon coffre cette fois
, analysa-t-il en essuyant le sang sur l’extrémité de la manivelle.

Accro aux
séries policières et fan de la première heure des « Experts », il se
mit à échafauder un plan. Le genre de truc improbable mais qui pouvait s’avérer
payant quand on connaissait comme lui le secteur, réputé dangereux. Inutile
de gamberger plus longtemps, je vais maquiller cette sordide affaire en une
simple sortie de route. Tout le monde n’y verra que du feu.

Alex tracta
tout d’abord l’alcoolique et le positionna au volant de son propre véhicule, en
n’oubliant pas de lui fracasser plusieurs fois la tête contre le montant du
parebrise, histoire de laisser du résiné et un peu de matière visqueuse. Il
sortit ensuite sa première victime et l’installa côté passager, en se
débarrassant des deux sacs en cuir noir qui s’y trouvaient. Un coup de chiffon
sur les portières, le tableau de bord, et toutes parties susceptibles d’avoir
été touchées, puis il observa la scène quelques instants en repassant le film
dans sa tête. Il manœuvra ensuite la 205 en la positionnant à l’arrière de la
Mini Austin. Pour finaliser son plan machiavélique, il libéra le levier de
vitesse, et la poussa pare-chocs contre pare-chocs dans le vide.

Il descendit
la pente sur environ dix mètres de dénivelé et put constater les dégâts
occasionnés. La tôle froissée sur l’avant du véhicule en charpie, agrémentée du
parebrise entièrement éclaté, masqueraient incontestablement toutes preuves de
leur accrochage.

Remonté dans
le virage, il contrôla la zone de manière à ne rien laisser de son passage. À
la lumière de son portable, il recouvrit les traces de sang en saupoudrant le
bitume de terre. L’occasion de retrouver les deux sacs oubliés sur le
bas-côté. Tant pis, je les balancerai dans une poubelle,
pensa-t-il, la trouille au ventre. Ses doigts commençaient à trembler et il
chancelait au moment de regagner la 205. Le contrecoup sans doute. Il
est grand temps de te casser d’ici. Magne-toi ! 
se persuadait-il
en accélérant pied au plancher. Un dernier regard à la volée dans son
rétroviseur et il crut apercevoir la silhouette humaine éclairée tel un fantôme
qui déambulait sur la chaussée, comme pour lui dire adieu…

L’affaire

Alertés par
un agriculteur, les gendarmes procédèrent aux premières constatations. À
l’odeur d’alcool persistante dans l’habitacle, l’hypothèse d’une sortie de
route fut retenue. L’adjudant-chef manipulait le passager quand soudain son
visage se figea. Les lividités cadavériques ne correspondaient pas avec la
position du passager, buste penché sur l’avant et tête sur le tableau de bord.
Le sang aurait dû se fixer sur les tissus du torse et plus particulièrement sur
l’abdomen et le devant des jambes.

— Cet homme
n’est donc pas mort dans cette voiture !

Le procureur
de la République avisé des faits, ouvrit une information judiciaire et confia
l’affaire au SDPJ d’Amiens. Les enquêteurs sollicitèrent les renforts de la
gendarmerie pour ratisser la zone délimitée aux abords du virage en épingle.

Au vu du
nombre d’indices probants, le capitaine Leroy du SDPJ étaya une théorie.

— Imaginons
le conducteur ivre, qui quitte la Nationale pour satisfaire un besoin urgent.
Arrivé ici, dans le noir le plus abyssal, il percute le second individu en
train de faire du stop sur le bas-côté… Le choc est si brutal que le chauffeur
le blesse sérieusement, si on en croit la flaque de sang qu’il a essayé de
dissimuler avec de la terre. Le conducteur perd les pédales, sans doute à cause
de son taux d’alcool, ce qui le réfrène à appeler les secours. Tiraillé par sa
conscience, il décide tout de même de conduire sa victime à l’hôpital alors
qu’elle est décédée entre-temps. Désemparé, il démarre en trombes, fait une
fausse manœuvre et rate le virage. Fatal…

La théorie
du capitaine semblait corroborer avec l’ensemble des indices recueillis.
Affaire bouclée et investigations terminées. L’identité judiciaire s’activait à
ranger son matériel quand un gendarme hurla si fort qu’il faillit en perdre ses
cordes vocales.

— Venez
voir, ici ! Il y a un autre corps… une jeune fille…

Les
deux victimes

En fin de
matinée, une fois le réveil effectif, la bouche pâteuse et un troupeau de
bisons qui lui fracassait la tête, Alexandre se rua dans la grange pour évaluer
les dégâts sur la 205. Sa mère handicapée ne risquait pas de s’aventurer
jusque-là avec ses béquilles. Une fois l’expertise faite de la voiture, il put
s’estimer heureux. Quelques pièces à récupérer dans différentes casses
automobiles pour brouiller les pistes et rien ne pourra m’arriver.
 Rassuré,
il se dirigeait vers la sortie de la grange quand il aperçut les deux sacs en
cuir noir sur la banquette arrière.

Ils
m’étaient sortis de la tête ceux-là ! 
frissonna-t-il en réalisant qu’ils
constituaient l’unique lien avec la tragédie de la veille.

Avant de
s’en débarrasser, sa curiosité l’incita à les ouvrir. Leur contenu le laissa
pantois… En dessous de plusieurs combinaisons noires, de cagoules et d’armes
air soft, se trouvaient une quantité astronomique de billets en petites
coupures.

Je
comprends mieux son état… Cet abruti venait d’arroser son braquage !
 analysa amèrement le jeune homme. Les
médias ont certainement dû en parler, en déduisit-il en rejoignant le domicile.
Il se jeta sur le journal en évidence sur la table de salon. L’affaire y
faisait les gros titres.

Un vol à
main armée d’une rare violence

Hier soir,
aux alentours de 23h30, dans la rue Mangin à Amiens, deux convoyeurs de fonds
qui devaient ravitailler un distributeur à billets ont été retrouvés égorgés
dans le sas bancaire de la Société Générale. Selon les enquêteurs du SDPJ
d’Amiens et après le visionnage des vidéosurveillances, il s’agirait d’un
braquage commis par trois individus cagoulés. La police judiciaire ne comprend
pas pourquoi les malfrats ont assassiné aussi sauvagement les deux employés de
la Bricks alors qu’ils n’opposaient aucune résistance…

Le fait de
repenser aux évènements de la nuit dernière l’obligea à se remémorer les
circonstances de son accident. L’apparition de « cette forme
humaine »… Et ce type qui sortait de nulle part… Son attitude l’avait
intrigué… Il ferma les yeux en essayant de revoir la scène. Le bref moment où
il l’avait aperçu dans le faisceau furtif de ses phares… Ça y est, je
me rappelle ! Il regardait ses mains ! Il les observait avec le
visage blafard et le regard empli d’effroi… Ses bras tendus, ses paumes tournées
face à lui, ouvertes, bien en évidence… Je me souviens maintenant pour quelles
raisons il semblait terrorisé. Elles étaient couvertes de sang !

L’inconnue

Le capitaine
se dirigea vers le talus surplombant le virage en épingle, suivi de près par le
légiste et quelques collègues. Arrivés en toute hâte, ils stoppèrent leur
progression à la vue cauchemardesque qui s’offrait à eux. Une jeune fille âgée
d’une vingtaine d’années gisait dans un trou, semi-enterrée. Les bras en croix,
son visage était défiguré et ses yeux tuméfiés. Son corps meurtri, couvert
d’hématomes, attestait que le ou les assassins s’étaient acharnés sur elle
avant de lui trancher la gorge. L’absence d’affaires personnelles et de
portable sur la scène de crime retarderait l’identification de la victime.

La
scène de crime

Depuis ce
drame, ses nuits étaient peuplées de cauchemars. Alexandre, en nage, se
réveillait en sursaut, terrifié par les cadavres et ce spectre vêtu d’un drap
blanc qui déambulaient dans sa chambre. Mais qu’attendait-il de lui ?
Pourquoi le harceler ainsi ? Ce matin-là, épuisé, il se mit à déjeuner
tout en consultant le journal espérant obtenir des réponses. L’article l’acheva
pour de bon.

Découverte
sanglante aux abords d’un accident mortel de la route.

Alors que
les policiers du SDPJ d’Amiens enquêtaient sur la mort suspecte de deux
occupants d’un véhicule, ils découvraient en amont, derrière un talus, le corps
d’une jeune fille assassinée. Selon les autorités, elle aurait été égorgée
après avoir subi des violences…

Alex
interrompit sa lecture. Il essayait de voir si l’article mentionnait une photo,
sans succès.

J’y
suis ! Si ça se trouve, la forme humaine qui a traversé la chaussée devant
moi a un rapport direct avec ce meurtre ! Et pourquoi pas l’âme de cette
victime ? …

Décidé à
comprendre ce qui lui arrivait, Alex prit le taureau par les cornes. En
revenant d’une casse automobile, il fit un crochet avec son cyclomoteur. Il
retrouva sans difficulté le virage en épingle, qui, il fallait reconnaître,
n’avait rien de comparable avec le paysage sinistre de l’autre nuit. Il retira
son casque et s’approcha du ravin. Le véhicule en contrebas ne s’y trouvait
plus. La chaussée avait été nettoyée par la voirie et rien ne semblait avoir eu
lieu dans le secteur. De cette nuit cauchemardesque, ne restaient que ses
souvenirs tourmentés. Une nausée l’envahit. Il parcourut une vingtaine de
mètres et stoppa net devant la rubalise jaune délimitant la zone.

Quand je
pense que j’ai certainement tué l’assassin de cette fille. Ce que voulait le
spectre en m’obligeant à donner un coup de volant… Et dire qu’elle se trouvait
à proximité. Peut-être encore en vie. Si j’avais su… j’aurais pu lui venir en
aide
, regretta-t-il en se
laissant submerger par l’émotion. Son estomac ne résista pas cette fois à la
violence du reflux gastrique et il se vida en vomissant dans le talus.

— Ça fait
froid dans le dos et ça vous remue les tripes, hein ?

Alexandre
tressaillit. Il se retourna tout en s’essuyant la bouche d’un revers de manche.
La voix grave poursuivit.

— Police
nationale ! Capitaine Leroy, du SDPJ d’Amiens. On peut savoir ce que vous
faites dans les parages ?

— Je me
promenais… et j’ai voulu voir… balbutia le jeune homme.

— Le goût du
sang… L’envie de respirer la scène de crime et pouvoir s’imaginer les faits… La
noirceur de l’âme humaine. C’est en chacun de nous, vous savez…

— Vous avez
arrêté l’assassin j’espère ? rétorqua Alex en préférant changer de sujet.

— Il
s’agirait d’un accident, répondit froidement l’enquêteur.

— Ah ?
J’avais cru comprendre qu’une jeune fille avait été égorgée ?

— Pour
l’attester, il faudrait que nous retrouvions l’arme du crime. Or, à ce jour,
les indices et les traces sur son corps nous inciteraient à penser à un choc si
terrible et violent que son cou aurait été sectionné par une tôle froissée ou
un pare-chocs endommagé…

L’annonce du
policier eut l’effet d’un électrochoc sur Alexandre. Ses jambes l’abandonnèrent
une fraction de seconde au point de vaciller. Il préféra s’asseoir sur le
rocher dans le virage, le temps de recouvrer ses esprits.

— J’imagine
que vous faites allusion au véhicule ayant fait une sortie de route ?
percuta Alex.

— Oh, mais
je vois que vous suivez cette affaire avec grand intérêt ! s’étonna l’OPJ.

Mais quel
con je fais ! Déguerpis avant que ce flic ne te grille, 
réagit-il en se forçant à rester impassible. Il
tenta une dernière parade avant de s’esquiver.

— Pour tout
vous dire, je connais très bien le secteur. Autrefois, je venais chasser avec
mon père. Nous sommes taxidermistes dans la famille… et il y avait de nombreux
accidents dans ce satané virage. Je vous laisse et je vous souhaite bon courage
pour votre enquête !

L’arme
du crime

Sur le
chemin du retour, à se traîner sur le bitume à 50 km/h, Alexandre eut
largement le temps de repenser à l’affaire.

Comment
la police avait pu commettre une telle erreur ? Ou alors le flic s’est
joué de ma crédulité en prêchant le faux pour recueillir le vrai, une technique
très usitée dans les rangs de la police… Pourvu que je n’aie rien laissé
transpirer !

L’idée de
s’être jeté dans la gueule du loup lui glaça le sang.

De retour à
la longère familiale, il dévala les escaliers pour atteindre son bureau.
Quelques clics sur un moteur de recherche et il put s’imprégner des études
réalisées sur les entités, les spectres à forme humaine. Certains spécialistes
évoquaient des âmes perdues incapables de quitter le monde des vivants, à cause
d’un lien qui les retenait à ce bas monde. Ces fantômes du passé attendaient
qu’on les libère en leur apportant ce qu’ils réclamaient. Soit des réparations,
des notions de justice ou de pardon. À la fin de sa lecture très instructive,
Alex fut persuadé que le spectre ne le lâcherait pas tant qu’il n’aura pas
accompli un acte probant. Mais pourquoi moi ? Sans doute parce que
j’étais sur place juste après le meurtre… Ce spectre me pousse dans mes
retranchements pour que j’œuvre à la résolution de l’affaire, en retrouvant
l’arme du crime. 
Vu sa déconvenue d’aujourd’hui, il décida cette fois
d’y retourner de nuit, à bord de la 205, restaurée.

Sur place,
muni d’une lampe torche puissante, il arpenta l’ensemble de la zone avec
minutie sans rien déceler. Il avait beau tourner en rond, en scrutant le sol et
en ratissant large, au bout de trois quarts d’heure, bredouille et découragé,
il rebroussa chemin. Moment que choisit l’entité pour réapparaitre. La femme
tout de blanc vêtue virevoltait devant lui, en lévitation à quelques
centimètres au-dessus de l’asphalte. Elle semblait vouloir le guider dans ses
recherches. Il la suivit et traversa la chaussée. Une fois sur l’autre
terre-plein, il entrevit de suite le reflet de son faisceau lumineux au milieu
de la végétation. Une lame… un couteau ? Non, un scalpel, couramment
utilisé en milieu hospitalier. La question était de savoir ce qu’il devait en
faire ? Il ne pouvait se permettre de la transmettre aux services de
police en leur annonçant sa découverte par le plus grand des hasards.

Je
l’enverrai par courrier et je signerai « maintenant la vérité sera faite
sur ce crime abominable. »

L’arrestation


Mme Grambert ? Capitaine Leroy du SDPJ d’Amiens. Votre fils est
là ?

— Il est
dans son bureau au sous-sol, répondit la mère.

Le policier
s’engouffra dans la cage d’escalier, l’arme à la main, suivi de près par deux
collègues. Le manque de lumière les obligea à utiliser leur lampe individuelle.
En croisant les mains, ils progressèrent en éclairant par intermittence les
lieux. La tension palpable, les mains crispées sur les crosses et la sueur
perlée sur les fronts, ils s’attendaient à ce que le criminel surgisse à tout
moment. Les porte-bouteilles vides et rouillés franchis, ils traversèrent les
diverses piles de matériels entassés quand soudain, une ombre tapie dans le
noir s’élança sur eux, une arme luisante dans la main droite. Une ;
deux ; puis trois détonations et l’individu s’écroula lourdement sur le
sol. Un des policiers s’approcha, lui retira le scalpel d’entre les doigts et
vérifia ses signes vitaux.

— Il ne
nuira plus à personne, annonça-t-il.

Le capitaine
remonta au rez-de-chaussée et informa la mère éplorée.

— Désolé
madame, nous avons dû faire usage de nos armes… Votre fils s’est jeté sur nous
en tentant d’égorger un de mes collègues. Sa marque de fabrique !

Devant son
incrédulité, Leroy poursuivit.

— Votre fils
Alexandre est un tueur. Il a commis cinq meurtres…

Une
nuit d’horreur

— Cela s’est
produit le 14 février, le soir de la Saint Valentin, l’informa le capitaine.


Impossible, il assistait au mariage de sa cousine en Picardie, rétorqua
Mme Grambert.

— Cette
cérémonie lui a servi d’alibi et s’est déroulée en trois temps. En premier
lieu, il a retrouvé ses deux cousins, dans la même situation précaire, au
chômage, avec un besoin récurrent d’argent. Ils se sont montrés à la mairie
puis à l’église, avant de faire acte de présence au vin d’honneur. Vers les
23h00, ils se sont éclipsés pour braquer deux convoyeurs de fonds devant le
distributeur à billets sur Amiens. Là, les caméras de la banque nous démontrent
que l’un d’eux s’est acharné sur ses victimes en les tailladant et en les
égorgeant au scalpel. Le trio regagne la soirée du mariage qui bat son plein,
où ils se mêlent aux invités en passant inaperçus. Là, tout bascule. Désinhibés
par l’alcool, les esprits s’échauffent et sans raison particulière, Alexandre
quitte brusquement la fête à bord de sa 205 en séquestrant dans le coffre la
nouvelle compagne de son cousin.

— Comment
s’appelait-elle ? s’enquit la mère en séchant ses larmes.

— Lola
Riverie…

— C’est
l’ancienne amoureuse de mon fils. Elle venait de le quitter. Il ne lui aurait
jamais fait de mal, il en était fou…

— Laissez-moi
poursuivre, reprit le policier. Le nouveau copain de Lola a cru qu’elle s’était
enfuie avec Alexandre et l’argent du braquage. Fous de rage, avec son frère,
ils tentent de les rattraper avec leur Mini Austin. S’engage alors une
véritable course-poursuite. À tel point que votre fils prend peur et sort de la
Nationale juste avant la côte de Doullens. Il connait le secteur et pense
pouvoir les semer à travers les routes sinueuses. Les deux frères le percutent
plusieurs fois à l’arrière au point de détériorer le hayon et de libérer la
jeune fille inconsciente. Suite aux chocs répétés, elle finit par basculer hors
du véhicule et se fait écraser par les poursuivants. Les deux voitures stoppent
dans le virage. Les trois braqueurs s’empoignent et une bagarre terrible
éclate, jusqu’à la mort des deux frères à coups de manivelle. On imagine que la
jeune fille agonisait et hurlait à la mort, au point d’inciter Alexandre à
abréger ses souffrances en l’égorgeant. Après avoir balancé le scalpel
au-dessus de la chaussée, il a tracté le corps de Lola pour l’ensevelir
derrière un talus. Pris de panique, il a maquillé les crimes de ses cousins en
accident de la route avant d’effacer toutes traces de son passage.

— Mais
comment mon petit garçon, si adorable, a-t-il pu vivre après avoir commis de
telles atrocités ? se désola la mère.

— Simplement
en se racontant des histoires et en échafaudant un scénario à l’opposé des
faits. Un déni total. Un psychiatre vous répondrait qu’il a agi ainsi pour
refouler ses actes et esquiver sa culpabilité.

— Et comment
en êtes-vous arrivé à le suspecter ? demanda-t-elle, effondrée.

— Alexandre
s’était tellement convaincu de son innocence qu’il s’est permis de revenir sur
la scène de crime. Confirmant une fois de plus l’adage si connu de tous…