Les mains vides – Maria Borrély

Une petite maison d’édition, quelques ouvrages … un monde…
Perplexe, forcément perplexe …

Peut-être Maria Borrély «les mains vides» :
«…Mais ce qui manque à l’horizon c’est le coeur de l’homme …» 
«-Entrez dans la maison, dit-elle.»

Quatre hommes, quatre chômeurs, errent en quête de travail et de quoi se nourrir. Ils ne rentreront plus chez eux. Leur misère qui défigure bien plus que l’âge rencontre parfois la compassion et plus souvent le rejet. « Vous êtes de ceux qui cherchent le travail, mais avec un fusil, pour le tuer », leur dit une femme. Cette errance qui les jette d’un village à une ferme, d’un chantier à un fossé où ils dorment, les conduit jusqu’à la grande ville où la richesse s’étale mais ne sera pas pour eux.
Situé en 1932, le roman Les mains vides reste d’une brûlante actualité.

Maria Borrély écrivaine de la nature, Maria Borrély l’est tout aussi finement de la nature humaine. Les descriptions des paysages et du temps rehaussent la souffrance des hommes et leurs dialogues.
La puissance d’écriture qu’avait remarquée André Gide sert, dans ce roman poignant, le profond humanisme révolté de Maria Borrély.

Tu sais que j’ai pas l’habitude de faire de la pub… Mais, là, c’est nécessaire. Une petite maison qui fait son boulot, c’est suffisamment rare pour que je leur file un coup de mains…

Va chercher ce livre chez eux si tu passes pas par Le Lavandou...

C’est là :

https://www.editions-parole.net/?product=les-mains-vides