Édito du 13 juin 2021
Édito du 13 juin 2021

Édito du 13 juin 2021

ÉDITO DU 13 JUIN 2021

 

Juste quelques mots. Juste quelques mots avant ma chronique du pouvoir du chien de Thomas Savage, parce que parfois j’ai besoin d’écrire des trucs sur la vie que je croise chacun des jours qui se suivent et qui m’effarent.

Quelques semaines sans rien dire sur rien, ou pas grand-chose. Sans doute que je   m’étais échappé dans un monde jugé meilleur par quelques-uns. Sans doute aussi que le roman d’Ira Levin m’est revenu en mémoire. Tu te souviens ?

« Un bonheur insoutenable ».

J’ai lu ça quand j’étais juste un môme (j’ai commencé à lire très tôt, comme toi).

Sans doute que ce qu’il se passe aujourd’hui me fait furieusement (et je pèse mon mot) penser à cette dystopie qui me semblait tellement loin quand j’ai tourné les pages d’Ira Levin. Tellement loin que je me disais que quand je serai vieux, je fumerai des clopes que je me roulerai tout seul entre les doigts pour dire aux hommes que je refusais le pouvoir mis en place par quelques-uns et qui me dirait quoi faire, où aller, quel chemin prendre, et qui aimer.

Sans doute.

Je ne me roule pas de clopes. Mais je lis toujours autant. Voire un peu plus. Je viens de terminer « Les chiens de garde » de Paul Nizan, je t’en parlerai dans quelques jours, quand j’aurai digéré la philosophie de Finkieltruc et de BHmachin.

Je sais, Ghislaine, je vais pas me faire des potes, mais ça me saoule…

Tout ça pour te dire que j’ai grave les abeilles quand je vois ce qu’ils tentent de nous faire avaler depuis quelques mois en nous expliquant que tout ça, c’est pour notre bien, pour pas qu’on meure avant 86 ans, pour que nos enfants et nos petits enfants grandissent au milieu des masques de Venise et autres joyeusetés et que ça aussi, c’est pour leur bien. Que la piqure, elle va leur faire du bien, parce qu’ils étaient pas vraiment malades, mais que là, ils le seront sans doute encore moins. Je sais, moins que pas vraiment, c’est pas grand-chose.

Tu te souviens qu’on parle de nos mômes ?

Que ceux qui disent que ça mord pas autant que ça ils disent des menteries, parce que le taux de létalité à 0,05 % c’est une connerie et que les chiffres, on leur fait pas dire ce qu’on veut pas leur faire dire, que l’année 2020, statistiquement, a fait moins de morts que 2019 et 2018, que si on a obligé les masques partout c’est pas du tout parce qu’on en a acheté pour 5,3 milliards d’euros à la Chine, entre autres…

Tu te souviens du budget de l’hôpital public ? 1 milliard par an. Putain, 5 ans d’hôpital pour se foutre un masque sur la gueule partout, y compris à la campagne, au milieu de rien, ou dans la forêt pour faire marrer les arbres et les écureuils. (Les extra terriens qui se marrent aussi, « je t’avais dit qu’ils étaient très cons »).

Que si les actionnaires des sociétés pharmaceutiques se sont gavés depuis un an, c’est pas grave. C’est eux qui ont le pognon, alors c’est normal qu’ils en récupèrent un peu (quand je dis un peu, c’est une rigolade).

Que si le coût de production du vaccin dont auquel ils veulent qu’on s’en fourre une dose dans le fion de façon régulière c’est 0,60 € la dose, et que si l’Europe l’a acheté 19,50 €, c’est pour que les actionnaires, etc…

Que si l’AMMP a été validé par l’Europe, c’est parce que M’sieur Pfizer a payé une étude bidon sur les molécules qui soignaient et l’a balancé sur le Lancet, qui s’est empressé de démentir deux jours après la publication, mais que l’Europe a oublié d’invalider l’AMMP de M’sieur Pfizer…

Merci qui ?

Que, pour changer un peu, le mec qui a baffé l’autre pingouin a été jugé en comparution immédiate, et s’est vu coller 18 mois de prisons, dont 4 fermes… Benalla a choppé un fou rire.

Agacé, je suis.

Ah oui, et comme ils disent, tout est sourcé, sinon, c’est pas bien.

Donc, oui, je sais, Ghislaine, je vais pas me faire des potes, mais on s’en fout.