Rennes-Le-Château – Éric Maneval

Rennes-Le-Château – Eric Maneval

Éditions Terre de brume – Polars & Grimoires

Si comme moi tu t’intéresses aux légendes arthuriennes, aux trésors cachés depuis des années, et surtout, à ces livres qui défont les légendes, ça va te plaire.

Quand j’étais môme, je me suis passionné pour la Grande Pyramide et ses secrets, et pour le trésor de l’Abbé Saunière.

On se refait pas. Éric Maneval m’avait susurré à l’oreille (on est très intimes) que c’était son livre préféré, alors tu penses bien que quand il me l’a offert, j’ai eu un sourire ravi. Je te mets pas la photo, tu imagines.

Donc, le livre numéro 14 649 sur Rennes-Le-Château.

Je m’attends à rien, comme ça, je serai pas déçu. Un peu les chocottes quand même, parce que je voudrais pas lui dire que j’ai pas aimé, même s’il a compris que je me fais pas de potes avec mes chroniques.

Le pitch, on s’en fout. De toute façon, je fais jamais trop les pitchs. T’as remarqué ? Juste quelques lignes, genre, dans le livre, il y a Jipé, c’est le héros. Il est bouquiniste, et il aime les livres. Tous les livres.

Et puis il y a Aurore, comme dans Le Bossu, avec Jean Marais. Dur à porter le prénom, mais elle semble le mériter, vu qu’elle est comme un soleil qui se lève face au regard des hommes qui la croisent.

Je fais de la polésie.

On est à un million de kilomètres de Dan Brown et de ses théories à la « mors moi le nœud ou du moins ce qu’il en reste ». La véritable histoire de l’abbé Saunière jalonne les chapitres du roman et te donne au fur et à mesure de ta lecture des pistes que tu peux suivre. En confiance, tu peux les suivre.

Parce que je soupçonne (même s’il me l’a pas vraiment dit) M’sieur Maneval d’être au top de la documentation sur le trésor des templiers et de Rennes-Le-Château.

Aurore, elle vit avec Luc. Et tous les deux ils croisent un type que j’ai aimé tout de suite. On l’appelle le Dahu. Genre « Je suis heureux et je suis cool, mais j’ai des soucis quand même et je peux pas en parler ». T’en connais aussi des Dahus qui jouent la comédie ? Y en a partout. Mais en général, ils sont plutôt sympas.

Lui, il est sans doute le personnage qui m’a le plus accroché.

Jipé, il va pas pouvoir s’empêcher de mettre son nez dans les affaires des autres. Toi aussi, tu crois que c’est parce qu’Aurore est la plus belle nana qu’il a croisée ?

Possible. Mais pas que.

Super roman, duquel tu vas tourner les pages.

Enfin un texte qui nous explique la naissance d’une légende. Comment le Roi Arthur a fini par comprendre qu’il y avait un truc entre sa nana et Lancelot… Je déconne.

Maneval, tu vas sentir qu’il s’est marré à écrire ce bouquin. Qu’il a pris du plaisir à aligner les mots pour en faire une histoire. Du plaisir à créer ces personnages qui au fur et à mesure de la lecture prennent une épaisseur que tu ne soupçonnais pas dans les premiers chapitres.

Et c’est drôlement bien fait.

Le genre de livre qui tu hésites à refermer en cours de lecture, parce que t’as encore un peu envie de savoir ce qu’il y a derrière. Tu verras.

Et surtout, surtout, c’est un roman qui va te faire réfléchir. Pourquoi certains, et ceux-là aussi t’en connais, sont-ils à ce point obsédés par la magie, par les légendes ? Et surtout, pourquoi sont-ils prêts à croire n’importe quel crétin ou prétendue sainte habillé d’un sari jaune ? Tu vois qui je veux dire ? Non ? Article passionnant dans le dernier Diplo, jette un œil.

Je m’égare.

J’ai aimé ce roman. Vraiment. Je suis toujours surpris quand l’auteur m’emmène où j’avais pas prévu d’aller. C’est le cas.

Alors on va pas se mentir.

L’écriture n’a pas la maturité de « Retour à la nuit » ou de « Inflammation ». Mais j’ai entendu, dans les phrases que j’ai lues, l’affection que Éric Maneval pouvait avoir pour ce texte.

Sans doute une idée qui gagnerait à être retravaillée.

Un roman qui mérite, à mon sens, une seconde vie dans ta bibliothèque.

Tu vas apprendre des trucs, je te dis…

Alors fais-toi plaisir.

Genre tu fêtes le départ de la vie politique de qui tu sais…

et tu t’offres une belle journée de lecture, à l’abri de la pluie, du froid, et des cons caducs ou débutants.